Résultats du sondage “Photographes, qui êtes-vous ?”

You may also like...

9 Responses

  1. Thomas says:

    Attention à ce que vous écrivez, micro-entreprise et auto-entreprise n’ont pas (encore) fusionné ! C’était à l’étude mais c’est repoussé au moins à 2020…
    Voir ici pour plus de détails : http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/auto-entrepreneur/auto-entrepreneurs-et-micro-entreprise-confusion-autour-d-une-fusion-206166.php

    • OpenPanic says:

      Pourtant la plupart des formulaires administratifs ne font plus la distinction ! A suivre en effet… Merci pour ce retour.

    • Alain says:

      Si la fusion a bien eu lieu au 1er janvier 2016. Aujourd’hui il ne reste que le statut de micro-entrepreneur. Par contre le régime (pas le statut) de micro-entreprise continue de perdurer. Il s’agit d’un régime fiscal et non d’un statut.

  2. filetdo says:

    Vendre ses photos… j’avoue que la première fois que je l’ai lu, le livre et surtout son contenu, a eu sur moi, un effet soporifique. Il m’a fallu rencontrer des gens en réel, me faire le stage SPI (pour être artisan photographe) pour mieux comprendre où je voulais me situer. Au final je suis auteur photographe. J’ai relu le livre et cette fois-ci j’ai tout compris et j’ai eu plaisir à le lire ! A noter cependant, que lors de mes démarches “commerciales”, on me demande toutes sortes de services photographiques… a quand un statut unique et surtout pas au RSI ? Depuis, je suis aussi pigiste…

  3. Alain says:

    Je pense que tu fais erreur concernant les modèles. Le contrat de travail n’est obligatoire que s’il y a rémunération du modèle. Une collaboration pose contre photo sans rémunération reste entièrement possible sans contrat de travail (mais avec éventuellement un contrat de droit d’auteur et droit d’image), et ce, quelque soit le statut du photographe.

    • OpenPanic says:

      Le tableau n’est évidemment vrai que pour des travaux rémurérés. Si vous travaillez gratuitement, tout est envisageable 😉
      J’ai rajouté une phrase pour l’indiquer dans l’article, merci pour votre retour 🙂

  4. Thierry says:

    L’artisan peut vendre des tirages originaux pourvus qu’ils soient numérotés, signés dans la limite de 30 exemplaires etc. Le fisc peut contester leur caractère d’originalité, et ne s’en privera pas si ce sont des photos d’identité par exemple. Mais si ces identités sont exposées à Beaubourg par exemple , c’est jouable 😎
    La définition de l’oeuvre originale ne suppose pas que l’on soit à l’Agessa.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *